Après Sonia de la Provôté et Joël Bruneau, c'est au tour du centriste Philippe Lailler, adhérent au Modem, de se lancer dans la course aux municipales... à Caen. > Agrandir l'image

“Partout j’entends parler d’une Union pour faire tomber Duron. Je partage cet objectif, mais l’heure est à ce que chacun, dans l’opposition, travaille pour analyser la situation actuelle de la ville et peaufine son programme”. Selon lui, il sera temps de faire une liste d’opposition s’il le faut, en février prochain.

Sa campagne démarre sur une critique acerbe de la gestion de Caen la mer par l’équipe actuelle : “Vous verrez que nous serons incapables de financer les travaux de la ligne 1 du tramway, et je suis prêt à arrêter le chantier de la bibliothèque multimédia tant son coût est exorbitant”.

Il se dit également désireux de “serrer la vis du budget de fonctionnement de la Ville en supprimant des services, afin de dégager une capacité d’investissement en faveur de l’emploi”. Il regrette que l’argent mis dans la place Saint-Sauveur n’ait pas permis de financer des crèches pour répondre aux attentes des entreprises.

Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter