Photo : Sonia de la Provôté, élue municipale depuis 2001.

Pas simple de passer du statut de maire adjointe à celui d'opposant minoritaire. Adjointe chargée de la petite enfance au sein de l'équipe conduite par Brigitte Le Brethon (UMP) entre 2001 et 2008, Sonia de la Provôté, 44 ans, médecin, a rompu avec le maire en participant à une liste Nouveau Centre au 1er tour de 2008. Même si cette liste a fusionné avec celle de Brigitte Le Brethon au second tour de 2008, les plaies ne se sont pas refermées après la défaite face à la gauche : deux groupes d'opposition (Caen 2014 et La voix du Centre) se sont créés au sein du conseil municipal dominé par la gauche.



Jusqu'en 2011, l'opposition est réduite au ministère de la parole. Sonia de la Provôté signe de longues interventions bien préparées. Mais elle peine à répliquer spontanément à un contradicteur. Les élections cantonales de mars 2011 changent la donne : arrachant de 24 voix un canton au PS, Sonia de la Provôté signe la première et seule victoire de la droite à Caen depuis 2004. Rien ne vaut la légitimité du suffrage universel pour s'affirmer.

En dépit du soutien du président du conseil général, Jean-Léonce Dupont (UDI-NC), ce mandat ne suffit pas à la « NKM caennaise » pour acquérir le statut de leader unique de l'opposition : l'UMP est également en lice avec Joël Bruneau. Et la casquette de conseiller général est parfois lourde à porter : pas facile de justifier la fermeture du collège caennais Lemière quand on veut devenir maire de Caen.

Dossier : Jean-Pierre BEUVE.

Journal Ouest-France du samedi 11 janvier 2014
Edition : Caen

Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter