Aujourd'hui nous sommes réunis en conseil municipal pour la dernière fois de cette mandature.

Vous ne vous êtes guère privé ces derniers temps de faire le panégyrique permanent de vos "actions", souffrez que ce soir à votre autosatisfaction béate nous opposions le vrai bilan de votre mandature.

 

Ce mandat a souffert d'un dysfonctionnement de la démocratie municipale permanent. Nous avons encore ce soir à faire face à un ordre du jour pléthorique. A un mois et demi des municipales,l'usage républicain eût été de différer un certain nombre des décisions soumises, décisions dont l'urgence n'est pas avérée au sens de la bonne marche de la ville et des projets. On sent bien là le forcing préélectoral de fin de mandat...

Dysfonctionnement de la démocratie, par la diminution du nombre des conseils municipaux qui a stérilisé cette instance, pourtant lieu de la démocratie municipale par excellence, en rendant les ordres du jours inacceptables par leur lourdeur, et noyant des sujets majeurs pour la ville dans un magma de décisions. La palme revient au dernier conseil municipal où nous avons eu à traiter le PLU, et le budget 2014 parmi 95 décisions. Les débats ont été encadrés, régentés de façon autoritaire, la démocratie a eu à peine les moyens de s'exprimer...

Dysfonctionnement, par le mépris constant et affiché de votre équipe vis à vis de l'opposition municipale, dont aucune des propositions n'a été reprise, ni même écoutée, où nous voyant exclus de représentation dans de nombreuses instances. Je ne compte plus les incidents de séance, les noms d'oiseaux dont un certain nombre d'entre vous semble être friand, et les réponses non faites à nos demandes de clarification sur de nombreuses questions portant sur la gestion de la ville.

Dysfonctionnement, enfin, parce que les questions du conseil n'ont jamais été abordées avant de subir à chaque fois l'heure d'autosatisfaction dont vous nous avez gratifiés systématiquement en début de séance, refaisant et le calendrier des semaines précédentes, et le monde, et le bilan de la politique nationale. Je reconnais que ces derniers temps cette troisième partie s'est faite plus discrète, tant il devient difficile de justifier les décisions de vos amis politiques au gouvernement...Vous êtes d'ailleurs passé de "la gauche à Caen c'est moi", à "je suis social-démocrate"... On sent que, moins vous marquer politiquement par les temps qui courent cela vous démange, ou peut être avez-vous enfin compris au bout de 6 ans que quand on est maire de Caen c'est être maire de tous les caennais et non le représentant d'un camp politique. Mieux vaut tard que jamais, même si les circonstances contribuent grandement à ce revirement.


Deuxièmement, la ville de Caen a souffert sous ce mandat d'une image brouillée et caricaturale, qui lui nuit et empêche de mettre en avant ses qualités et sa valeur.

Au plan national, quatre messages on marqué la communication sur la ville.

Dexia, votre lien avec, et cette histoire peu glorieuse d'un banque qui fait encore parler d'elle récemment. Ne pas être hors la Loi, ce n'est pas forcément être complaisant du système.

Le cumul, un grand incontournable de votre marque de fabrique, et sur le terrain surtout tant de courriers et demandes des habitants sans réponse.Certes vous n'êtes pas le seul, certes ce n'est pas illégal, mais vous faites toujours partie de la tête du classement malgré les quelques ajustements de fin de mandat que vous avez organisés pour essayer d'endiguer un buzz qui continue quand même. La question n'est pas tant celle-là que celle du temps que vous avez passé vous personnellement à gérer les projets de l'agglomération et de la ville, celle de votre distance avec le quotidien, dont le formidable chaos du ramassage des déchets à Caen a été l'expression la plus visible de votre gestion à distance des menus problèmes si peu intellectuels...et qui font pourtant une part importante de la charge d'un maire.

L'augmentation de la fiscalité, nous a valu les honneurs nationaux en 2012 avec la plus forte progression des impôts locaux en 1 an. Vous pourrez tourner le problème dans tous les sens , jouer la bataille des chiffres et des classements, vous effaroucher des supposés mensonges médiatiques.. Rien n'y fera.. Pourquoi? Parce que si l'on conjugue un niveau moyen de revenus par habitant parmi les plus bas, et un niveau d'imposition au dessus de la moyenne nationale, le compte n'y est pas pour les habitants : leur pouvoir d'achat est leur préoccupation, pas le bouclage des projets onéreux que vous souhaitez voir mis en œuvre...

A votre décharge, il faut reconnaître que les décisions fiscales de vos alliés politiques au niveau national n'ont fait qu'aggraver la situation, et exacerber ce ressenti d'une préoccupation, elle, bien réelle.

Enfin, votre communication onéreuse qui parle plus de vous et de vos élus, que de la ville elle-même et des habitants. Bien sûr, vous avez beau jeu de contester votre troisième place en dépenses de communication, mais très honnêtement quand on voit les autres villes issues de la comparaison, je pense que la meilleure attitude n'est pas d'attaquer mais de faire son mea culpa. Parce que de beaux évènements, il y en a dans les autres villes, et curieusement cela n'impacte pas leurs chiffres. Et puis, depuis le photomontage de Barack Obama en début de mandat devant le Mémorial, et la multiplication des publicités, rencontres, assises, images de synthèse en tous genres, et de chargés de mission dédiés à la communication, nous avons tous du mal à croire que vous avez été sobre en matière de communication...

On est loin de "Caen première ville sportive de France" quand Jean-Marie Girault était Maire...

Enfin, et j'en terminerai par là, un certain nombre des décisions prises pendant ce mandat et celles que vous laissez en héritage, sont autant de boulets qu'il va falloir détacher le plus vite possible des pieds des caennaises et des caennais.

Les budgets 2014 de Caen et de l'agglomération ne préparent pas l'avenir et l'obèrent. Vous avez durant tout le mandat érigé le montant des dépenses comme étant le marqueur d'une bonne politique, alors qu'en temps de crise c'est la qualité des choix faits au regard du service rendu aux habitants en fonction de leur coût qui devrait guider exclusivement les décisions municipales et de l'agglomération. On ne compte plus aussi les chargés de mission, on n'ose même plus compter le personnel de la communication, le nombre des réceptions, les audits incontournables de l'ordre du jour des conseils municipaux... Bref tout est allé bon train, et sur un grand train... En revanche, sur le terrain, les agents municipaux sont moins nombreux et voient leur charge de travail augmenter, et les habitants lassés de voir leur quotidien remisé au second plan de votre politique. Il eût été judicieux de se concentrer sur les réalités, et de choisir les investissements en fonction des urgences. Il eût été judicieux aussi de regarder la ligne impôts et taxes de votre budget, et de scrupuleusement et progressivement l'alléger... Préparer l'avenir, c'était, cette année au moins, donner les marges de manœuvre pour la suite.

Le Plan Local d'Urbanisme est aussi votre héritage. Caen avait besoin d'être protégée, vous l'avez livrée à la densification sans scrupules et systématique des quartiers et des espaces verts. Il y a bien sûr eu quelques retours en arrière sous la pression des citoyens, mais l'ensemble du document reste sur son objectif initial. Quelles armes avez-vous données à l'équipe suivante pour résister aux projets inacceptables pour les riverains? Aucune, je le redis c'est une trahison de l'âme de la ville, c'est une trahison pour notre histoire.

La démographie, enfin, ne cesse de diminuer. C'est le signe objectif et visible d'une politique inadaptée durant six années. C'est le marqueur d'une politique de logements pour les familles défaillante, le marqueur d'une attractivité en berne, d'un fiscalité excessive, de services publics qui ne sont pas meilleurs qu'ailleurs, alors que la ville centre devrait au contraire être exemplaire. Vous avez fait une crèche? C'est très bien, vous avez eu notre soutien... mais nous avions créé une halte garderie, 60 places de plus réparties dans les crèches de la ville, favorisé l'accueil des enfants en situation de handicap dans les structures, accompagné les initiatives privées, créé les RAM... et nous savions qu'il restait tant à faire... alors oui une crèche c'est bien mais c'est un peu court pour prétendre afficher une politique familiale et attirer.

N'oublions pas enfin, l'activité économique. Le taux de chômage sur Caen et l'agglomération croit plus vite que la moyenne nationale, et que la région. Il n'y a pas lieu de se congratuler de ce qui a été fait. Il y a lieu d'être modeste et respectueux de la réalité, en ne se contentant pas de victoires qui n'en sont pas. Le maire de Caen ne peut certes pas tout faire, mais quand il est en même temps président de l'agglomération et député, on peut considérer qu'il a déjà plus de cartes en main. Je crois bien qu'il n'y avait que des jokers dans vos cartes... L'échec, que nous souhaitons provisoire, de la la ligne nouvelle Paris Normandie illustre si bien cet état de fait...

Puisque ce conseil est le dernier, alors qu'il est pléthorique, alors que vous avez choisi de nous envahir de vos décisions non urgentes, je n'ai aucune mauvaise conscience à avoir parlé si longuement.. c'est le juste retour de vos longs inventaires à la Prévert de préconseil que nous avons du subir durant tout ce mandat, et qui a si gravement nui à la clarté des discussions sur les affaires municipales, et rendu les conseils inaudibles pendant 6 ans...

 

Sonia de La Provôté

Conseillère municipale de Caen
Conseillère générale du Calvados

Ajouter un Commentaire


Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter