Philippe Duron, député-maire PS de Caen, Sonia de la Provôté (UDI) et Rudy L'Orphelin (EELV)Trois candidats aux élections municipales ont croisé le fer, hier soir : Philippe Duron, député-maire PS de Caen, Sonia de la Provôté (UDI) et Rudy L'Orphelin (EELV).

À quelques semaines du 1er tour des municipales, les candidats et leurs entourages fourbissent leurs armes de campagne. Le début de conseil, hier, a donné un aperçu des pugilats politiques à venir...

« Une bataille de convictions. » C'est ainsi que Philippe Duron a décrit le combat mené pour obtenir la reconstruction du CHU, annoncée la semaine dernière. Visiblement, le propos liminaire du député-maire PS, candidat à sa succession, a donné des idées, hier soir, à l'occasion de l'avant-dernier conseil municipal de cette mandature.

 

Il faut dire que le maire a commencé fort : après avoir longuement évoqué les dossiers en cours, et les diverses inaugurations réalisées ces dernières semaines, il a enjoint les conseillers municipaux à contenir leur temps de parole, étant donné l'ordre du jour : 94 points quand même ! Dans la mesure où il venait de s'exprimer pendant une grosse demi-heure, l'opposition a peu apprécié...

« Ne parlez pas trop Monsieur le maire, ça va user mon temps de parole... », lâche, en préambule, Sonia de la Provôté, candidate UDI aux municipales, et visiblement agacée. « Vous êtes à 6 minutes 12, vous auriez dû fractionner votre temps de parole », rétorque Philippe Duron, en lui coupant le micro quelques minutes plus tard. Le ton est donné.

« 2 300 pages à s'ingurgiter »

L'heure qui suit est sur le même registre. L'opposition dénonce un ordre du jour « trop copieux », « pléthorique » : « Considérez-vous que le conseil municipal est une chambre d'enregistrement des décisions prises entre vous ? », tacle Sonia de la Provôté. Ludwig Willaume (UMP) lui emboîte le pas, en montrant l'épaisseur du dossier du conseil. Luc Duncombe (UDI - Parti radical) dénonce lui aussi « les 2 300 pages à s'ingurgiter en trois jours ».

La réponse de l'équipe Duron ne se fait pas attendre : Rudy L'Orphelin (EELV) taxe Sonia de la Provôté d'« opportunisme électoral » tandis que Pascal Blanchetier (MRC) ironise : « Je suis désolé, chers collègues, que nous vous fassions travailler un peu... » Sur les réseaux sociaux, les entourages des candidats en décousent également.

La présentation du budget par Fabrice Le Vigoureux (PRG), maire adjoint aux finances, paraît bien paisible après cette entrée en matière. Mais l'accalmie n'est que temporaire. S'il met en avant une « maîtrise des dépenses de fonctionnement » et « une situation financière saine », l'opposition dénonce, elle, « des finances à la dérive ». Catherine Pradal, conseillère d'opposition, accuse : « Vous reconstituez l'épargne en creusant le trou », tandis que Sonia de la Provôté parle d'un dernier budget aux allures de « mauvais cadeau de Noël aux Caennais ».

Rudy L'Orphelin défend, lui, « le fonctionnement au coeur de la solidarité ». Tandis qu'Hélène Floderer et Cédric Leroy, pour le groupe PS, montent au créneau : « À quelles politiques renonceriez-vous pour faire des économies ? » La guerre des chiffres bat son plein. Et les fleurets sont à peine mouchetés. Dans le public, un homme se lève : « Nous sommes la population et on aimerait que ça finisse dans la courtoisie. »

Les autres dossiers du conseil municipal dans notre édition de mercredi.

Aurélie LEMAÎTRE.
Article issu de l'édition de Ouest-France Caen du mardi 17 décembre 2013

Ajouter un Commentaire


Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter